Accueil > Blog > Comment SOIGNER L’ACNÉ naturellement
Comment soigner l'acné naturellement

Comment SOIGNER L’ACNÉ naturellement

Traiter l’acné naturellement, c’est POSSIBLE

Traiter l’acné naturellement ! Oui c’est possible !

Voici une pathologie qui intéresse de plus en plus de personnes. L’acné, ou acné vulgaire, est une pathologie ou plutôt un trouble de la peau qui peut avoir des conséquences sur la santé mais également sur la vie sociale de la personne.

Dans cet article, nous allons traiter de plusieurs sujets en plusieurs parties.

Tout d’abord, nous allons découvrir ce qui se cache réellement derrière l’acné, la physiopathologie, c’est-à-dire le fonctionnement de la pathologie. Ensuite, nous verrons les différents types d’acné, les facteurs aggravant ou limitant.

Dans une partie plus pratique, nous verrons comment l’alimentation peut avoir un rôle crucial sur l’apparition ou la disparition de l’acné, ce qui nous amènera peut-être à élaborer un traitement alimentaire. On verra par la suite l’efficacité de certains compléments alimentaires sur l’acné.

Nous parlerons enfin de certains traitements médicamenteux et le problème qu’ils posent.

Pour finir,cet article, je vous ai réservé une partie témoignage, afin de vous familiariser avec l’approche naturelle du traitement de l’acné et son efficacité.

Physiologie de l’acné

L’acné vulgaire correspond à la formation de comédons, de papules, de pustules, de nodules et/ou de kystes, due à l’obstruction et à l’inflammation des unités pilo-sébacées (les follicules pileux et leurs glandes sébacées associées).

Définition des termes utilisés

  • Un comédon est un petit amas de matière sébacée qui bouche un pore de la peau
  • Glande sébacée ce sont des glandes qui sécrètent du sébum (substance huileuse) dans le follicule pileux, qui sert de lubrifiant pour le poil et la peau

comment soigner l'acné #1

Comme vous le savez, l’acné se développe plutôt sur le visage et le haut du corps. Elle touche en général les adolescents mais peut également toucher le jeune adulte.

La médecine conventionnelle va donc se concentrer sur la réduction de production de sébum. En effet,  c’est cette substance huileuse qui va être l’origine du bouchon et de l’inflammation. Ils peuvent également vouloir maîtriser l’inflammation qui en découle.

L’acné est une maladie de la peau qui devient de plus en plus fréquente.

Les études (1) épidémiologiques indiquent une nette augmentation de l’apparition de l’acné entre 1985 et 2015.

comment soigner l'acné #2 - Stats

Les chercheurs notent une incidence différente pouvant être constatée par le taux d’inclinaison dans la comparaison des pays en développement par rapport aux pays développés.

Pour les plus curieux se demandant ce que signifie DALY voici une petite infographie qui pourrait vous aider.

comment soigner l'acné #3 - DALY

Si vous avez des problèmes avec le vocabulaire, voici les mots techniques définis :

  • Incidence: évaluation statistique du risque, pour une personne ou une catégorie de personnes, de développer cette maladie.
  • Morbidité: nombre d’individus atteints par une maladie dans une population donnée et pendant une période déterminée.

Pour résumer les données que l’on a recueillies :

  • L’incidence de l’acné vulgaire augmente dans les pays développés (Europe, Amérique, Asie, Océanie)
  • Selon la médecine conventionnelle l’acné serait causée par une obstruction et à l’inflammation des unités pilo-sébacées.

Physiopathologie de l’acné

L’acné se produit par le jeu de 4 facteurs principaux :

  • Production excessive de sébum, bien que ce soit controversé (2)
  • Obturation folliculaire par du sébum et des kératinocytes
  • La colonisation des follicules par Propionibacterium acnes
  • Libération de multiples médiateurs inflammatoires

On note 2 types d’acné :

  • L’acné inflammatoire qui se caractérise par des signes cliniques d’inflammation : rougeur, douleur, chaleur et gonflement avec apparition de nodules, kystes papules ou pustules.
  • L’acné non-inflammatoire qui se caractérise par des comédons.

Acné inflammatoire

Des papules et des pustules se forment lorsque P. acnes colonise des comédons fermés. Ce qui dégrade le sébum en acides gras libres qui irritent l’épithélium folliculaire. Cela déclenche une réponse inflammatoire à neutrophiles et puis à lymphocytes qui perturbent ultérieurement l’épithélium. (Les neutrophiles et les lymphocytes sont des molécules faisant partie du système immunitaire)

Ensuite, la rupture des follicules enflammés dans le derme (parfois précipitée par une manipulation physique ou un frottement dur), où le contenu des comédons déclenche une autre réaction inflammatoire locale, produisant des papules.

Si l’inflammation est intense, des pustules apparaissent.

Les nodules et les kystes sont d’autres manifestations de l’acné inflammatoire.

Les nodules sont des lésions plus profondes qui peuvent toucher 1 follicule, et les kystes sont de gros nodules fluctuants.

L’acné non-inflammatoire

Des papules et des pustules se forment. Cette formation est en partie causée par la colonisation d’une bactérie appelée : Propionibacterium acnes.

Les comédons sont dits ouverts ou fermés, selon que le follicule est ouvert ou fermé à la surface de la peau.

Les bouchons sont facilement extrudés à partir des comédons ouverts, mais sont plus difficiles à éliminer des comédons fermés. Les comédons fermés sont les lésions précurseurs de l’acné inflammatoire.

Symptomatologie de l’acné

Tout d’abord, les lésions et les cicatrices cutanées peuvent être à l’origine d’une importante détresse émotionnelle.

Les nodules et kystes peuvent être douloureux. Les différents types de lésions coexistent fréquemment aux différents stades de l’acné.

Ensuite, les comédons apparaissent sous la forme de points blancs ou noirs.

Les points blancs (comédons fermés) sont des lésions palpables de couleur chair ou blanchâtre de 1 à 3 mm de diamètre ; les points noirs (comédons ouverts) sont semblables en apparence, mais ont un centre foncé.

  • Papules et les pustules sont des lésions rouges ont un diamètre de 2 à 5 mm. Les papules sont relativement profondes. Les pustules sont plus superficielles.
  • Nodules sont plus volumineux, plus profonds et plus fermes que les papules. De telles lésions ressemblent à des kystes épidermoïdes enflammés, bien qu’ils n’aient pas de véritable structure kystique.
  • Kystes sont des nodules suppurés. Rarement, les kystes donnent naissance à des abcès profonds. L’acné kystique de longue durée peut laisser divers types de cicatrices qui se présentent sous la forme de petites fossettes profondes (cicatrices en pic à glace), en fossettes plus grandes, en dépressions superficielles ou en zones de cicatrisation hypertrophique.

Bien entendu, la plupart d’entre vous n’accordez pas d’importance à toutes ces formes d’acné mais il est important de faire un tour global de la symptomatologie.

Conclusion

Nous avons pu voir que selon la médecine conventionnelle, l’acné serait causée par la formation de comédons, de papules, de pustules, de nodules et/ou de kystes, due à l’obstruction et à l’inflammation des unités pilo-sébacées. 

Nous avons pu également voir que l’incidence, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas, augmentait depuis 1990 laissant penser que quelque chose cible effectivement cette acné. 

De plus, nous avons pu constater que l’acné frappait généralement les pays développés comme la France.

Enfin, nous avons décrit les symptômes et les traitements de l’acné vulgaire. 

Existe-t-il un moyen efficace de lutter contre l’acné naturellement et sans effets secondaires ? C’est ce que nous allons découvrir maintenant. 

Alimentation et acné

« La première loi de la diététique semblait être : Si ça a bon goût, c’est mauvais pour vous » (Isaac Asimov, biochimiste).

Ce furent effectivement les directives que suivirent les dermatologues dans les années 1950.

En effet, tout ce qui était convoité par le palais, c’est-à-dire tout ce qui avait du goût, était suspectés d’avoir un lien avec l’acné.

Aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, bien que la ligne de pensée des manuels dermatologiques se soit éloignée, plusieurs articles sur les croyances et les perceptions des patients atteints d’acné ont montré que rien n’a beaucoup changé. En effet, les patients attendent des instructions détaillées sur les aliments « liés à l’acné » qu’ils devraient éviter. (3)

Bien que plusieurs études prônent qu’il n’y a aucun lien entre l’acné et l’alimentation, il m’intéressait plus particulièrement de connaître comment certaines personnes ont fait disparaître leur acné en changeant de modèle alimentaire.

Produits laitiers

comment soigner l'acné - LE LAITLa cause probable des effets comédogènes possibles du lait et de ses produits est la teneur en hormones produites par les vaches pendant la grossesse.

On pense que le constituant du lait qui stimule le plus l’unité-pilosébacée est le facteur de croissance analogue à l’insuline 1 (IGF-1), dont la concentration dans le sang varie en fonction de la gravité de l’acné(4)

De plus, les niveaux d’IGF-1 augmentent pendant la puberté.

Les récepteurs de l’IGF-1 sont situés dans les kératinocytes de l’épiderme.

Chez les patients atteints d’acné, une corrélation entre les concentrations d’IGF-1, le nombre de lésions d’acné et la sécrétion de sébum a été observée.

 

IGF-1 et acné

Les concentrations les plus élevées d’IGF-1 sont retrouvées chez les femmes souffrant d’acné.

De plus, le nombre de lésions d’acné est positivement corrélé avec les taux plasmatiques d’IGF-1 [ 5 , 6 ].

Des taux élevés d’IGF-1, provoqués par la consommation de lait, stimulent la prolifération des sébocytes, entraînant le développement et la progression des lésions acnéiques7 ].

comment soigner l'acné - IGF1 et acnéLa diminution de l’insuline à jeun et de l’IGF-1 réduit la production de sébum et la prolifération des kératinocytes.

Ce qui réduit ainsi le nombre de lésions d’acné. L’IGF-1 et les androgènes stimulent la production de sébum, qui est l’un des facteurs pathogènes de la formation de l’acné8 ].

L’acné est influencée non seulement par les hormones, mais également, par leur relation biochimique entre eux et l’unité pilo-sébacée. 

Ainsi, l’ajout d’hormones exogènes dérivées de l’alimentation au pool d’hormones endogènes peut avoir un impact significatif. 

Le lait disponible dans les magasins est non seulement riche en progestérone dérivée du placenta, mais également en d’autres précurseurs.

Cependant, les hormones stéroïdiennes contenues dans le lait ne sont pas le facteur le plus important9]

Lait écrémé et acné

De nombreuses études ont montré que le lait écrémé est plus comédogène que le lait entier.

En effet, les chercheurs pensent que pendant la production du lait écrémé, il y a des changements dans la l’activité des molécules biologiquement actives.  Telles que les glucocorticoïdes et des facteurs de croissance.

Il est également possible que l’équilibre hormonal du lait écrémé soit altéré.

En conséquence, la consommation de lait écrémé peut entraîner une comédogenèse accrue.

De plus, afin de maintenir une bonne consistance du lait écrémé, il faut ajouter des protéines de lactosérum. C’est le cas de l’α-lactoalbumine, dont le rôle dans la comédogenèse n’est pas non plus négligeable10 ].

En 2005, Adebamowo et al . ont examiné le lien présumé entre la consommation de lait et de produits laitiers et l’acné dans une cohorte, étude rétrospective de près de 50 000 femmes [ 11].

Les auteurs ont constaté que l’acné était positivement associée à une certaines quantité de lait ingérée. En effet, ils constatent que ce serait plus particulièrement le lait écrémé le coupable.

Les auteurs ont émis l’hypothèse que la biodisponibilité des composants comédogènes pourrait augmenter pendant la fabrication du lait écrémé (comme dit plus haut).

Le lait écrémé contient moins d’œstrogènes que le lait entier. L’œstrogène est une hormone qui pourrait réduire l’acné.

Acné et graisses laitières

Adebamowo et al. ont également montré une corrélation entre l’acné et la consommation de produits instantanés de petit déjeuner et de fromage cottage.

C’est un effet de la teneur en lait de vache dans ces produits [ 12].

En 2006, Adebamowo et al . ont mené une autre cohorte. Une étude d’observation sur trois ans. Il comprenait plus de 6 000 filles âgées de 9 à 15 ans.

Une corrélation positive entre la consommation de lait avec différentes matières grasses et l’apparition de l’acné vulgaire a été démontrée [ 13 ]. 

En 2008, Adebamowo et al . ont mené une étude prospective incluant plus de 4 000 garçons. Une corrélation positive entre la consommation de lait écrémé et l’acné vulgaire a été démontrée [ 14].

Dans une autre étude portant sur 44 patients atteints d’acné, une corrélation positive entre l’apparition de l’acné et une consommation accrue de lait et de crème glacée a été démontrée [ 15].

Chocolat

acné et chocolatLe chocolat a toujours été considéré comme un facteur pouvant contribuer à l’exacerbation de l’acné, mais il existe une quantité très limitée de preuves à l’appui de son impact négatif sur la peau.

Les dermatologues observent souvent que les patients ont de nouveaux boutons quelques jours après l’ingestion de produits contenant du chocolat [ 16 ].

Dans une étude portant sur des étudiants grecs âgés de 13 à 18 ans, 66 % des répondants ont mentionné le chocolat comme facteur aggravant de l’acné17 ].

En 2011, le «Journal of American Academy of Dermatology» a publié une étude dans laquelle les sujets consommaient du chocolat. Des changements significatifs de la gravité de l’acné sont survenus chez les répondants après une seule ingestion de chocolat.

Cela a permis aux auteurs d’émettre l’hypothèse selon laquelle le chocolat peut exacerber les lésions d’acné [ 18 ]. Cependant, il n’y a aucune information sur le type de chocolat consommé par les sujets.

Le chocolat noir contient plus d’antioxydants que le chocolat au lait. En effet, cela nous mènerait à la conclusion qu’il pourrait avoir des effets comédogènes beaucoup plus faibles. Cependant, cette question reste encore floue.

Influence de l’Indice Glycémique sur l’acné

Qu’est-ce que l’indice glycémique ? 

L’indice glycémique, encore appelé index glycémique, est un paramètre nutritionnel permettant de classer les aliments selon leur capacité à élever la glycémie. Cette valeur est indiquée sur une prise de sang en g/L (norme de 0,80 à 1,30 g/L).

En effet, on remarque que pour la plupart des céréales, avec et parfois sans gluten, l’index glycémique élevé.

Prenons pour exemple ce qu’il se passe dans le corps après ingestion d’une pomme et d’une tranche de pain. Les indices glycémiques respectifs sont de 35 pour la pomme et de 75 pour le pain (baguette de pain blanc).

Acné et IG

On peut voir, d’après l’illustration, qu’après l’ingestion d’une pomme, la glycémie s’élève de façon très légère, de façon normale.

En revanche, lors de l’ingestion d’une tranche de pain, d’une baguette de pain blanc, la glycémie atteint un pic très élevé.

L’insuline, pour palier au surplus de sucre sanguin, va être sécrétée en plus grande quantité.

Le but est de permettre aux cellules de faire entrer le sucre, présent alors dans le sang, à l’intérieur des cellules. On retrouve ce problème dans beaucoup de céréales, notamment le blé. Mais aussi certaines céréales sans gluten comme le maïs (par exemple pour des Corn Flakes, l’indice glycémique sera de 85).

Avant de se concentrer sur une alimentation à IG (indice glycémique) élevé, prenons conscience des véritables problèmes de santé qu’elle peut induire :

Le problème d’une alimentation à IG trop élevé

Une alimentation riche en glucides à IG élevé entraine sur le long-terme :

  • Une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires
  • Une augmentation du risque de diabète de type 2
  • Un vieillissement prématuré de l’organisme
  • Pourrait avoir un lien avec le cancer du sein
  • Une prise de masse grasse viscérale
  • Une augmentation du risque de maladies inflammatoires
  • Exacerbation de l’acné

Pour en savoir plus sur le sujet, consultez mon article : pourquoi les céréales sont mauvaises pour la santé

IG élevé et acné

Les chercheurs pensent que la charge glycémique et l’indice glycémique peuvent participer à la pathogenèse de l’acné. Un régime à base de produits à haut index glycémique entraîne une hyperinsulinémie.

Cette partie est un peu technique, mais en dessous vous trouverez un schéma pour une meilleure compréhension.

Des niveaux élevés d’insuline stimulent la sécrétion d’androgènes et provoquent une production accrue de sébum, qui joue un rôle fondamental dans la pathogenèse de l’acné vulgaire (19). L’hyperinsulinémie affecte le taux d’IGF1 circulant ainsi qu’une autre protéine, qui affectent directement la prolifération et l’apoptose des kératinocytes.

Vocabulaire :

  • Hyperinsulinémie: excès d’insuline dans le sang
  • Androgène: hormone qui provoque l’apparition et le développement des caractères sexuels du mâle (elle a d’autres fonctions).
  • IGF-1: de l’anglais : inlin-like growth factor-1, c’est une hormone (un message). Cette hormone est majoritairement sécrétée par le foie. Elle permet de stimuler la croissance du cartilage de conjugaison des os longs entre autres choses.
  • L’apoptose: processus physiologique de mort cellulaire programmée
  • Kératinocyte: cellule constitutive de la couche superficielle de la peau (épiderme) et des phanères (ongles, cheveux, poils)

Dans l’hyperinsulinémie, le taux d’IGF-1 augmente alors que le taux d’une protéine appelée : IGFBP-3 diminue, ce qui conduit à un déséquilibre.

Schéma 

influence de l'IG sur l'acné

En conséquence, la prolifération des kératinocytes augmente. L‘IGF-1 influence les facteurs susceptibles de provoquer des comédons (points noirs). Comme c’est le cas pour les androgènes, l’hormone de croissance et les glucocorticoïdes.

Il a été montré que les androgènes augmentent les taux endogènes d’IGF-1 dans le sang, ce qui augmente encore le taux d’androgènes. Un cercle vicieux est ainsi créé contribuant en effet à une production accrue de sébum (20) menant au développement de l’acné.

Des études sur les effets du régime alimentaire sur l’acné vulgaire ont montré que la fréquence de l’acné est plus faible dans les zones rurales et non industrialisées que dans les populations occidentales21 ].

En 2002, Cordain et al . ont mené une étude auprès de deux populations non occidentales :

  •  les insulaires de Kitavan en Papouasie-Nouvelle-Guinée
  •  les chasseurs-cueilleurs Aché du Paraguay.

Parmi environ 1300 sujets, aucun cas d’acné n’a été signalé.

Cordain et al . ont suggéré que l’absence d’acné dans ces sociétés pouvait être une conséquence directe de leur régime alimentaire. [22] Les deux population subsistent sur des régimes à faible charge glycémique dépourvus d’aliments raffinés occidentaux tels que les céréales, les frites, les biscuits et le pain23 ].

Le régime du peuple Kitavan était constitué de tubercules, de fruits, de poissons et de noix de coco. La consommation de produits laitiers, de café, d’alcool, de céréales, de sucre, d’huile et de sel était minime [ 24 ].

Les chercheurs ont suggéré qu’un apport faible en gras et une faible charge glycémique pourraient être la cause de l’absence d’acné dans les deux populations.25]

IG et insulinémie

Dans une autre publication, en 2003, Cordain et al . ont démontré que l’hyperinsulinémie induite par le régime entraîne une réponse en cascade du système endocrinien qui peut affecter le développement de l’acné par l’action des androgènes, IGF-1, IGFBP-3 et les voies de signalisation des rétinoïdes26 ]. (La partie que j’ai expliqué plus haut)

Les auteurs ont souligné l’importance du régime alimentaire menant à l’hyperinsulinémie. Enfin, ils ont indiqué qu’il pourrait être un facteur de risque de développement de l’acné.

De plus, une étude épidémiologique menée par Schaefer en 1971, qui a étudié la population inuite indigène vivant dans le nord du Canada pendant près de 30 ans [ 27 ] a montré qu‘il n’y avait aucun cas d’acné de manière traditionnelle28 ].

Ce n’est qu’après l’introduction des habitudes occidentales, comme une consommation accrue de

  • Boissons gazeuses sucrées,
  • Bœuf,
  • Produits laitiers
  • Aliments transformés, que des lésions d’acné ont été diagnostiquées dans la population inuite29].

Une autre étude très importante dans ce domaine concerne les enquêtes menées auprès des habitants des zones rurales du Kenya, de la Zambie [ 30 ] et de Bantu en Afrique du Sud [ 31 ].

En effet, les chercheurs ont observé beaucoup moins de cas d’acné chez les habitants de ces régions que chez les habitants vivant en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Acné et sensibilité à l’insuline

Kaymak et al . ont étudié la relation entre l’acné et la charge et l’indice glycémique, la sensibilité à l’insuline et les niveaux de plasma sanguin de l’IGF-132 ]. Il a été démontré que dans le sérum des patients atteints d’acné, des taux d’IGF-1 plus élevés et des taux d’IGFBP-3 significativement plus bas. 

En revanche, ce n’était pas le cas pour les patients en bonne santé.

De plus, tel qu’évalué sur la base d’un questionnaire d’admission, le régime alimentaire du patient atteint d’acné avait un indice glycémique significativement plus élevé que celui du patient sain33 ].

En revanche, il existe tout de même une exception dans toutes ces recherches, les produits laitiers. En effet, ils ont un index glycémique relativement bas, mais paradoxalement, ils augmentent le taux d’IGF-1 dans le plasma sanguin [ 34 ].

Enfin, les résultats des études mentionnées ci-dessus suggèrent qu’un régime à indice glycémique élevé peut avoir un effet significatif sur l’apparition de l’acné vulgaire.

Compléments alimentaires et acné

Acides gras

Le rapport des acides gras oméga-6 aux acides gras oméga-3 résultant de l’alimentation est l’un des facteurs qui modulent le mécanisme inflammatoire. 

Voici une illustration :

Une consommation élevée d’acides gras oméga-3 peut inhiber la production de molécules pro-inflammatoires qui peuvent avoir un effet thérapeutique sur l’acné vulgaire (35).

Les acides gras oméga-3, et en particulier l’acide eicosapentaénoïque (EPA) dérivé des huiles de poisson et de l’acide y-linolénique (GLA), inhibent la conversion de l’acide arachidonique (et donc l’inflammation).

Chaque unité pilosébacée a la capacité de produire des substances pro-inflammatoires, en utilisant des substances provenant de la décomposition des graisses provenant de l’alimentation.

L’huile de poisson, en particulier l’EPA, peut inhiber la production de molécule pro-inflammatoire et prévenir les processus inflammatoires, bien que les chercheurs ne signalent pas clairement l’impact bénéfique de l’huile de poisson sur l’acné vulgaire36 , 37 ].

Les acides gras oméga-3 ont la capacité de réduire les niveaux d’IGF-1, ce qui suggère également qu’ils peuvent avoir un effet bénéfique dans le traitement de l’acné [38].

Une étude menée en 1961 en Caroline du Nord auprès de plus de 1000 adolescents a montré que les personnes consommant de grandes quantités de poissons et fruits de mer présentent moins de symptômes d’acné (points noirs, papules, pustules, peau grasse) [ 39 ].

Une petite étude de 5 patients, publiée en 2008, a montré que chez les patients consommant des compléments alimentaires à base d’acides gras oméga-3 (EPA, sélénium, zinc et chrome), un nombre réduit de lésions acnéiques a été observé40 ] .

Traiter l’acné naturellement avec les probiotiques

Plus de 70 ans se sont écoulés depuis que les dermatologues John H. Stokes et Donald M. Pillsbury ont d’abord proposé un mécanisme gastro-intestinal pour l’explication de la dépression, l’anxiété et les affections cutanées telles que l’acné. Stokes et Pillsbury ont émis l’hypothèse que les états émotionnels pourraient modifier la microflore intestinale normale, augmenter la perméabilité intestinale et contribuer à l’inflammation systémique.

Comme mentionné, Stokes et Pillsbury ont fait de nombreuses références à l’utilisation des probiotiques suivant : L. acidophilus et L. acidophilus en tant que modalité de traitement dans le contexte du processus inflammatoire.

En effet, d’autres médecins écrivant dans les années 1930 ont fait référence de la popularité des cultures de L. acidophilus  comme moyen interne de traiter l’acné41 ].

Un médecin de l’hôpital Union Memorial à Baltimore, Robert H. Siver, a suivi 300 patients qui ont reçu un mélange de L. acidophilus et L. bulgaricus. Il a utilisé un protocole de supplémentation probiotique pendant 8 jours suivi d’un lavage de deux semaines puis d’une réintroduction pendant huit jours supplémentaires.

Il a rapporté que 80 % des personnes souffrant d’acné avaient un certain degré d’amélioration clinique, et que l’intervention était la plus efficace dans les cas d’acné inflammatoire.  [ 42 ].

La première, une étude italienne impliquant 40 patients, a ajouté un supplément oral de 250 mg lyophilisé L. acidophilus et B. bifidum comme adjuvant aux soins standard dans la moitié du groupe. En plus de meilleurs résultats cliniques chez les patients supplémentés en probiotiques, les chercheurs ont rapporté une meilleure tolérance et respect des antibiotiques.

Des recherches supplémentaires menées en Russie appuient le bénéfice des probiotiques ajoutés aux soins standard, avec une accélération dans le temps vers une amélioration clinique significative chez les patients ayant reçu des probiotiques43 ].

Probiotiques et rôle adjuvant

Une étude récente impliquant 56 patients atteints d’acné a montré que la consommation d’un Lactobacillus sous forme de boisson a conduit à des réductions significatives du nombre total de lésions en association avec une réduction marquée de la production de sébum. 

Bien que l’ajout de lactoferrine (une protéine anti-inflammatoire) à la boisson probiotique ait fourni une plus grande efficacité dans la réduction des lésions inflammatoires, les bénéfices de la boisson probiotique à elle seule renforcent la notion que les probiotiques ont un rôle adjuvant à jouer la thérapie contre l’acné44 ].

La valeur théorique des probiotiques oraux comme traitement adjuvant dans l’acné vulgaire semble solide. Des études récentes ont montré que pré et probiotiques peuvent réduire les marqueurs systémiques de l’ inflammation et le stress oxydatif consommé par voie orale45 ].

Conformément aux observations sur l’utilisation interne des antibiotiques, il est également vrai que les probiotiques encapsulés par voie orale ont le potentiel de modifier la communauté microbienne sur des sites éloignés du tractus gastro-intestinal46 ].

Traiter l’acné naturellement avec le zinc

Le zinc est un micronutriment essentiel au développement et au fonctionnement de la peau humaine. Il a été démontré qu’il est capable d’inhiber Propionibacterium acnes et réduit la production de molécules proinflammatoire : facteur de nécrose tumorale α (TNF-α) [ 47 ].

Dans les premières études sur l’influence du zinc sur la peau humaine menées par Michaelsson et Fitzherbert dans les années 1970, il a été démontré que la supplémentation en zinc par voie orale améliorait l’acné chez les patients carence en zinc48].

Des études ultérieures ont confirmé que les patients souffrant d’acné sont souvent déficients en zinc49] et que sa supplémentation orale a un effet positif sur le traitement de l’acné vulgaire50 ].

Cependant, les doses orales de zinc utilisées dans la majorité des études (400-600 mg de sulfate de zinc / jour) étaient associées à des nausées, des vomissements et des diarrhées51] Les effets secondaires gastro-intestinaux peuvent être réduits en consommant du zinc directement après les repas. 

Enfin, le zinc permet la régulation de la perméabilité intestinale.

Comme on a vu plus haut, une dysbiose intestinale, qui peut induire une perméabilité intestinale, peut également avoir un lien avec la pathogenèse de l’acné ! (51‘)

Traiter l’acné naturellement avec la vitamine D

La vitamine D a un certain nombre de fonctions en plus de son rôle bien connu en tant que modulateur du métabolisme du calcium et de l’homéostasie. Il affecte à la fois le système immunitaire inné et adaptatif par ses effets sur les lymphocytes T et B, les cellules dendritiques et les macrophages52 ].

Il est associé aux maladies inflammatoires systémiques telles que :

  • la polyarthrite rhumatoïde,
  • le lupus érythémateux disséminé
  • les maladies inflammatoires de l’intestin. [ 53 ]

Dans les maladies dermatologiques, il joue un rôle important en tant qu’immunomodulateur dans la dermatite atopique, le psoriasis, le vitiligo et l’alopécie. [ 54 ]

Une carence en vitamine D a été détectée chez 48,8 % des patients souffrant d’acné, mais seulement chez 22,5% des témoins en bonne santé.

Le niveau faible vitamine D était associé à la sévérité de l’acné, et il y avait une corrélation significative avec les lésions inflammatoires. 

Dans un essai subséquent, une amélioration des lésions inflammatoires a été notée après une supplémentation en vitamine D chez 39 patients souffrant d’acné avec un déficit. (55)

Traiter l’acné naturellement avec la vitamine A

La vitamine A joue un rôle essentiel dans la santé de la peau. La carence en vitamine A provoque une adaptation visuelle anormale à l’obscurité mais affecte aussi dramatiquement la biologie cutanée, comme :

  • La sécheresse de la peau
  • Sécheresse des cheveux
  • Ongles fragiles et cassant sont parmi les premières manifestations de carence en vitamine A.

La vitamine A est un groupe de composés qui peuvent être trouvés dans les produits animaux et végétaux. Le rétinol et ses dérivés se trouvent principalement dans les produits d’origine animale, tandis que les produits d‘origine végétale contiennent principalement de la provitamine A (caroténoïdes). La vitamine A est une vitamine liposoluble stockée dans le foie [ 56 ].

Une étude menée en 1998 par Kligman et al . a montré que la supplémentation orale en vitamine A (rétinol) est efficace dans le traitement de l’acné à fortes doses (300 000 U / jour pour les femmes et 400 000-500 000 U / jour pour les hommes). Les seuls effets secondaires observés sont la xérose (sécheresse) et la chéilite (inflammation de la commissure des lèvres) [ 57 ].

Iode

L’iode est un nutriment essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. L’acné qui survient après l’ingestion d’aliments riches en iode apparaît soudainement et se caractérise par de nombreuses papules. Les chercheurs ont émis l’hypothèse que l’association acné-lait peut être le résultat de la teneur en iode du lait qui peut varier selon l’époque de l’année, la localisation et la supplémentation en aliments pour animaux.58 ].

Témoignages

 » Bonjour, je voulais vous faire part de mon expérience face à l’acné. J’en ai eu de l’âge de 9 ans à 30 ans, vraiment beaucoup j’en avais sur le visage, le dos, les fesses. J’ai tout essayé les traitements à base de zinc, les plantes, l’homéopathie, voyant que ça ne fonctionnait pas j’ai eu un traitement antibiotique pendant 3 ans (Non c’est pas des blagues, quand j’y pense aujourd’hui je suis choqué) puis la pilule contre l’acné et enfin roaccutane avec énormément d’effets indésirables, et Hallelujah tout à disparu le jour où j’ai arrêté tout les produits laitiers. J’espère que mon expérience pourra vous aider, bonne journée « .

« Bonjour, je m’appelle Cécile, je viens témoigner pour dire que l’alimentation Paléo a changé mon visage mais je l’attribuerai plus particulièrement à la consommation de légumes et à l’éviction du gluten et des produits laitiers. Avant je ne consommais quasiment jamais de légumes, en revanche, je consommais énormément de produits laitiers, surtout du fromage et des pâtes. J’ai été voir évidemment plusieurs dermatologues et autres médecins, mais rien ne fonctionnait … J’ai pris des crèmes antiinflammatoire, j’ai pris du zinc sous forme orale, mais rien. Mon dermatologue de l’époque voulait me prescrire un médicament qui s’appelle le Roaccutane. J’avoue que je ne l’ai pas pris, j’en avais marre d’essayer des traitements et j’étais persuadé que celui-ci allait faire comme les autres….

Puis plus tard j’ai appris que ce médicament pouvait causer des effets secondaires assez embêtant donc je pense que j’ai bien fait. C’est en m’informant sur internet et surtout à travers de vidéos beauté que j’ai entendu parler, pour la première fois, des bienfaits de l’alimentation sur l’acné. J’ai commencé à me documenter et j’ai vu tellement d’informations ! Je me suis même demandé pourquoi mon dermatologue m’en avait jamais parlé ! Au début j’ai juste fait le sans gluten, j’ai eu beaucoup moins de boutons, mais cela persistait tout de même. En revanche libération du ventre ! Puis les produits laitiers, bon là j’avoue que ça a été beaucoup plus difficile pour moi car comme je vous ai dit, j’étais vraiment addict aux produits laitiers, d’ailleurs mes amis me connaissent pour ça. Amélioration significative avec tout de même une persistance, par exemple je pouvais avoir 1 semaine sans aucun bouton (ce qui était impossible avant) et la semaine d’après en avoir 2 ou 3 sur le front… Puis j‘ai commencé à m’intéresser aux légumes, à la nourriture bio et au lieu de consommer des céréales sans gluten et je consommais plus aucune céréales et à la place je mettais des légumes : du poireau, du fenouil, épinards, choux etc. Et à partir de ce moment là tout a disparu.

Bon il m’arrive dans les moments de stress d’avoir 1 petit bouton dans le mois, mais bon ça va c’est vraiment pas handicapant socialement !! J’accorde l’arrêt de l’acné, je pense, à l‘ajout de légumes et vraiment l’éviction de toutes les céréales. Je n’avais pas essayé de complément alimentaire à l’époque car comme j’ai dit, j’en avais marre d’essayer des « pilules » et avoir des résultats négatifs à chaque fois !

« Hello ! Je m’appelle Alice, alors moi j’ai un rapport à l’acné qui est très différent je pense que la plupart des gens. J’ai commencé à avoir de l’acné à l’adolescence, mais vraiment beaucoup d’acné. J’ai vu une dermatologue qui m’a prescrit tout d’abord une crème qui a très peu fonctionné puis du zinc et enfin le roaccutane. Le médicament roaccutane m’a un peu pourri la vie … Si bien qu’aujourd’hui je me retrouve avec les yeux secs, très secs, la bouche plus ou moins sèche. Je ne savais pas vraiment que ce médicament pouvait provoquer des sécheresses, ou du moins je ne pensais pas que ça serait autant ! Aujourd’hui j’ai toujours les yeux secs. Je pense que ça provient de ce médicament car c’est quelques jours après l’avoir commencé que j’ai ressenti des sécheresses.

Au début je ne l’accordais pas au médicament puis j’ai fait le lien. Ma dermatologue m’a dit qu’effectivement il pouvait causer des sécheresses mais pas autant, donc ça ne devait pas venir de ce médicament. Bizarrement, j’ai changé d’alimentation pour ces sécheresses (je ne savais pas que ça pouvait aider mon acné). Je n’ai pas eu d’effet sur les sécheresses par contre mon acné a disparu quasiment totalement … Donc mon message ça serait de vraiment peser le pour et le contre de ce médicament, si ça avait été à refaire, je ne l’aurais pas pris « .

Roaccutane 

L’usage de médicament est l’une des causes les plus courantes de xérostomie (bouche sèche). L’utilisation de rétinoïdes utilisés dans le traitement de l’acné vulgaire est une cause fréquente de sécheresse de la muqueuse buccale.

L’isotrétinoïne (roaccutane) est un médicament qui peut être utilisé pour traiter l’acné vulgaire, en général ce médicament, s’il est suffisamment controlé, permet de traiter l’acné vulgaire de façon très efficace !

En effet, c’est un médicament qui est utilisé, normalement, en dernier recours là ou les autres traitement contre l’acné vulgaire n’ont pas bien répondu. L’isotrétinoïne est efficace, certes, mais certaines patients peuvent éprouver des effets secondaires dont la xérostomie (sécheresse buccale). Les changements dans la sécrétion salivaire peuvent être dus à l’effet des rétinoïdesLupi-Pegurier et al. ont effectué des tests salivaires traités avec de l’isotrétinoïne pour l’acné vulgaire en utilisant échantillons de salive.

Pour obtenir ces échantillons, les patients ont mâché un morceau de paraffine pendant 5 min, craché dans un petit tube gradué, après quoi le débit a été calculé. Oikarinen et al. ont mesuré les changements dans les salivaires pendant le traitement chez les patients traités pour l’acné vulgaire avec isotrétinoïne systémique pendant 3 mois. Ils ont trouvé que le taux de salive stimulée a diminué pendant traitement.

Dans cette étude (59) , l’évaluation de la fonction des glandes salivaires a été réalisée par l’imagerie des radionucléides, et les chercheurs ont constaté qu’il y avait une diminution significative de la production de salive chez les patients utilisant l’isotrétinoïne aux mois 3 et 6 comparés aux valeurs de prétraitement. Cette étude a été la première à conduire une évaluation objective de la fonction des glandes salivaires avec l’imagerie des radionucléides chez les patients sous isotrétinoïne.

Conclusion

Peut-on traiter l’acné naturellement ?

C’est une question qui fait encore débat dans le milieu scientifique, certains affirment que l’alimentation n’a aucun rôle, d’autres, comme nous venons de le voir affirment l’inverse.

Pourquoi ai-je alors pris position pour les publications scientifiques faisant un lien entre acné et alimentation ?

Tout simplement parce que nous avons tous remarqué que lorsque nous mangeons certaines aliments, l’acné est exacerbée !

Je crois profondément que l’acné a un lien avec l’alimentation et tout au long de cet article, nous avons étudié les preuves qui permettent de nous forger cette opinion.

L’indice glycémique est un bon paramètre nutritionnel, selon moi, permettant de gérer son acné.

En effet, si vous voulez contrôler votre acné, je vous recommande de suivre un régime Paléo (qui est naturellement riche en aliments à faible indice glycémique).

Si vous mettre au Paléo est encore un peu compliqué, alors vous pourrez faire une transition en mangeant des aliments à faibles indice glycémique.

Je ne pourrais plus jamais consommer de chocolat ?

Bien sûr que si, pour la question du chocolat, c’est encore débattue. En effet, il existe plusieurs formes de chocolat : noir, au lait, blanc, accompagnés d’autres aliments …

Le chocolat noir représente, à mon sens, une bien meilleure alternative que le chocolat au lait ou encore le chocolat blanc, qui n’a rien du chocolat si ce n’est sa forme.

 » Le lait est indispensable pour avoir du calcium, comment s’en passer ? « 

Ce vieux message de propagande laitière a été utilisé pendant de nombreuses années pour vous faire avaler du lait et des produits laitiers.

En réalité, c’est vrai, le lait contient beaucoup de calcium.

Seulement le lait ne contient pas que ça, IGF-1, insuline bovine, casomorphine, lactose, caséine et j’en passe

Ces ingrédients vont venir exacerber l’acné, mais également d’autres pathologies comme les maladies auto-immunes.

Vous pouvez trouver votre calcium dans les légumes, même si c’est beaucoup moins plébiscité : les crucifères sont très riches en calcium ainsi que les noix, noisettes, amandes, etc.

Ici, je pense qu’il est indispensable de se passer des produits laitiers en général.

Je prends du Roaccutane, que faire ? 

Si vous êtes inquiet pour vos glandes salivaires, alors vous pourrez faire lire cette étude à votre médecinÖrsal, E. (2015). Evaluation of the effect of isotretinoin on salivary gland function by Tc-99m pertechnetate imaging in acne vulgaris patients.

Il pourra vous rassurer ou alors vous proposer un autre traitement. 

Je mange quoi si j’ai de l’acné ? 

Tout dépend du type d’acné que vous avez

Si c’est de l’acné très sévère alors je vous recommande directement de nous rejoindre en pratiquant le protocole AIP (pour y accéder cliquez ici :Rejoindre le protocole AIP).

En revanche, si votre acné est légère, alors je vous recommande d’éviter tous les aliments ayant un indice glycémique élevé : 

  • Céréales (et surtout blé, maïs).
  • Produits laitiers
  • Sucre et tous les produits sucrés sauf les fruits
  • Produits industriels

En voyant cette petite liste vous vous dites soit : 

  • Oh ! C’est tout ce que je consomme actuellement !
  • Il n’y a plus rien à manger !

Alors oui, c’est probablement ce que vous mangez, ce qui vous rend encore plus susceptible d’avoir de l’acné et OUI il y a encore beaucoup d’aliments que vous ne connaissez probablement pas !

Pour découvrir le modèle Paléo et avoir des recettes je vous conseille ce lien : recettes Paléo

Comment se débarrasser de l’ACNÉ au plus VITE : les conseils en vidéo de Wilfried, ancien acnéique !

Et vous ? Comment avez-vous soigné votre acné ? Laissez un commentaire ci-dessous :

Éléments de recherches : soigner lacné naturellement, comment soigner l\ acné, soigner acne paléo / sans gluten.

A propos de Joris

Joris
Étudiant en micronutrition et en psychologie, passionné par la nutrition, la science et la santé, j’essaye de démontrer qu’il est possible d’aller mieux avec l’alimentation, la psychologie, la phytothérapie l'aromathérapie et les compléments alimentaires. Thématiques abordées : nutrition, bien-être, psychologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.