Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Search in posts
Inflammation : 5 signes

5 SIGNES de L’INFLAMMATION !

Il existe plusieurs types d’inflammations : celle qui est chronique et celle qui est aiguë. Cette dernière provoque souvent des symptômes perceptibles, tels que douleur, rougeur ou gonflement (oedème).  Mais les symptômes d’inflammation chronique sont généralement plus subtils. Cela les rend faciles à négliger. Sur le long terme, elle peut avoir de lourdes conséquences sur votre organisme. Alors quels sont les 5 signes de l’inflammation ? On vous dit tout dans cet article !

Qu’est-ce qu’une inflammation ?

L’inflammation fait référence au processus de lutte contre les choses qui nuisent à votre corps, telles que les infections, les blessures et les toxines, dans le but de se guérir lui-même. Lorsque quelque chose endommage vos cellules, votre corps libère des produits chimiques qui déclenchent une réponse de votre système immunitaire.

Celle-ci peut se produire au sein de votre cœur, votre pancréas, votre foie, vos poumons, votre cerveau, vos intestins et vos sinus.

Cette réaction comprend la libération d’anticorps et de protéines, ainsi qu’une augmentation du flux sanguin vers la zone endommagée. 

Combien de temps dure une inflammation ?

inflammation chronique symptomes

Tout d’abord, il est bon de savoir ce qu’est la différence entre une infection et une inflammation.

L’infection est “l’invasion de l’organisme par un agent pathogène qui s’y multiplie”. L’inflammation est la réponse de votre métabolisme qui va réagir par la défense face à l’agression.

L’ensemble du traitement dure généralement quelques heures ou quelques jours en cas d’inflammation aiguë. L’inflammation chronique se produit lorsque cette réponse persiste, laissant votre corps dans un état d’alerte constant

Au fil du temps, l’inflammation chronique peut avoir un impact négatif sur vos tissus et organes. 

Certaines recherches (1) suggèrent que l’inflammation chronique pourrait également jouer un rôle dans plusieurs maladies, du cancer à l’asthme.

Quels sont les symptômes de l’inflammation chronique ?

Les principaux symptômes d’une réaction de vos cellules sont :

  • Chaleur corporelle élevée
  • Rougeur
  • Gonflement (oedème)
  • Douleur au niveau de la zone enflammée

Mais ce n’est pas tout. Lorsque votre organisme essaie de vous faire passer un message, il peut utiliser d’autres moyens pour vous alerter.

5 SIGNES DE L’INFLAMMATION ! 

Il existe plusieurs signes de l’inflammation, mais dans cet article nous allons nous concentrer sur 5 signes de l’inflammation ! 

#SIGNE d’INFLAMMATION N°1 : La FATIGUE

Comment l’inflammation peut-elle vous fatiguer ? 

différence entre infection et inflammation

De nouvelles données établissent un lien entre l’inflammation chronique et le syndrome de fatigue chronique, la dépression et la fatigue générale. 

En fait, il y a eu une explosion dans les connaissances récentes sur les voies et les mécanismes par lesquels les niveaux d’inflammation peuvent influencer votre corps, votre cerveau et même votre comportement, conduisant à la fatigue.

De nombreuses études montrent que les personnes souffrant de fatigue chronique ont des marqueurs sanguins d’inflammation significativement plus élevés, tels que la protéine connue sous le nom de protéine C-réactive (CRP) et d’autres composés pro-inflammatoires connus sous le nom de cytokines.

En plus de la fatigue générale, des niveaux plus élevés d’inflammation et de certaines molécules pro-inflammatoires sont associés à d’autres symptômes liés à une fatigue excessive, tels que : 

  • La fatigue après un effort physique, 
  • Une performance physique inférieure 
  • Une mauvaise santé

Des chercheurs ont analysé les niveaux d’inflammation des femmes ayant une moyenne d’âge de 70 ans souffrant de fatigue chronique. 

Ils ont découvert que la présence d’inflammation étaient 40 % plus élevés chez les personnes fatiguées que chez celles qui ne souffraient pas de fatigue. 

Quelle est l’origine de cette inflammation ? 

En fait, des chercheurs pensent que l’inflammation peut être une cause de la diminution du système de récompense du cerveau (vous savez ce qui nous permet de ressentir du plaisir lorsque l’on mange par exemple). 

En effet, en étudiant un groupe de patients atteints de fatigue chronique, les chercheurs ont constaté que l’activation du système de récompense est plus faible chez les personnes fatiguées

Et mieux que ça, plus ce système d’activation est faible, plus la personne semblerait souffrir de fatigue ! 

Mais c’est quoi le lien entre système d’activation de récompense et fatigue ? 

En fait, nous avons tendance à penser ce système de récompense comme simple « banque » de plaisir lorsque nous mangeons du chocolat, ou lorsque nous avons des relations sexuelles, c’est ce plaisir intense que l’on peut ressentir ! 

En réalité, il aide à contrôler le mouvement et la motivation ! De plus, il est très vulnérable aux effets des composés pro-inflammatoires ! 

En plus d’affecter le cerveau et le système nerveux, l’inflammation favorise la fatigue par de nombreuses voies biologiques impliquant : 

  • le système immunitaire, 
  • les mitochondries (des petites centrales qui nous aident à nous sentir énergiques dans le corps), 
  • le stress chronique

Chacun de ces systèmes a été impliqué dans une inflammation chronique et le symptôme d’une fatigue excessive.

#SIGNE d’INFLAMMATION N°2 : La fièvre 

inflammation et fièvre

Quel est le lien entre fièvre et inflammation ? 

Une fièvre est une réponse à une inflammation qui s’étend au-delà du site de l’agression et affecte l’ensemble du corps, entraînant une augmentation globale de la température corporelle. 

La température corporelle est normalement régulée et maintenue par l’hypothalamus, (petite région dans le cerveau) 

hypotalamus

Cependant, certaines infections bactériennes ou virales peuvent entraîner la production de molécules qui sont envoyées à l’hypothalamus. 

Une fois que l’hypothalamus prend en compte ces molécules, il va alors régler la température corporelle en provoquant : la fièvre

Comme d’autres formes d’inflammation, la fièvre améliore les défenses immunitaires innées en stimulant les globules blancs pour tuer les agents pathogènes. 

L’élévation de la température corporelle peut également inhiber la croissance de nombreux agents pathogènes, car les agents pathogènes (comme les bactéries ou virus) détestent la chaleur lorsqu’elle est supérieure à 35°. 

Pendant la fièvre, la peau peut sembler pâle en raison de la vasoconstriction des vaisseaux sanguins de la peau, c’est-à-dire une diminution du calibre des vaisseaux sanguins. 

C’est encore une fois l’hypothalamus qui provoque cette vasoconstriction pour éviter de perdre de la chaleur, tous les mécanismes sont mis en œuvre pour augmenter la température corporelle et se débarrasser de l’infection ! 

Bien qu’une fièvre de faible niveau puisse aider une personne à surmonter une maladie, dans certains cas, cette réponse immunitaire peut être trop forte, causant des dommages aux tissus et aux organes et, dans les cas graves, même la mort

#SIGNE d’INFLAMMATION N°3 : Les éruptions cutanées

Votre système de défense est important pour maintenir votre santé globale. Il travaille à détecter et à neutraliser les envahisseurs étrangers, tels que les microbes infectieux et même les cellules cancéreuses. 

acné et inflammation

Lorsque cela se produit, une inflammation peut alors se développer.

Comme toute autre partie de votre corps, votre peau peut être impliquée dans les réponses immunitaires. 

Son inflammation provoque souvent la formation d’une éruption cutanée. 

Il s’agit généralement d’une réponse de votre système à des conditions telles que :

  • infections
  • Pathologie ou affection interne
  • réaction allergique

Vous connaissez peut-être certaines des causes courantes d’inflammation cutanée, notamment :

  • dermatite
  • psoriasis
  • eczéma

L’eczéma est de loin une des affections cutanées les plus connues car elle touche des millions de personnes en France et dans le monde !

#SIGNE d’INFLAMMATION N°4 : Troubles digestifs

Vous le savez sûrement déjà, plusieurs pathologies de la sphère gastro-intestinales sont prises d’assaut par l’inflammation ! 

C’est le cas de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique que l’on appelle aussi les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). 

maladie de crohn, inflammation du tube digestif

Ce qu’il se passe dans les MICI est assez surprenant. La cause de ces maladies inflammatoires intestinales est encore floue, mais on peut arriver à déterminer au moins 2 très gros facteurs dans l’apparition d’une inflammation qui deviendra chronique : 

1 – Une génétique altérée

Il y a une présence de plusieurs gènes qui sont défaillants dans les maladies inflammatoires intestinales, notamment le gène NOD2, NEMO, et d’autres. 

Bien qu’on sache que cette génétique est altérée, nous savons également que le plus gros facteur ne résiderait pas vraiment dans la génétique mais plutôt dans le :

2 – Le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal, c’est l’ensemble des microorganismes supposés vivre en bonne entente dans le tube digestif (et ailleurs). 

Seulement, dans les MICI, nous sommes capables d’identifier une dysbiose intestinale, c’est-à-dire un déséquilibre de la flore microbienne ! 

Ce déséquilibre est surtout bactérien ! En résumé, lorsque les bactéries pathogènes ont pris le dessus, elles envahissent la muqueuse digestive provoquant ainsi une inflammation. 

Le système immunitaire s’attaque alors à elles avec force, et pour en venir à bout, notre défense va utiliser une arme qui va causer des dégâts : l’inflammation

Vous vous retrouvez alors avec des symptômes alarmants comme : 

  • Diarrhée
  • Sang dans les selles (parfois) 
  • Douleurs abdominales
  • Fatigue 
  • Perte de poids 

#SIGNE d’INFLAMMATION N°5 : Maladies auto-immunes 

Les maladies auto-immunes sont le signe ultime d’une activité inflammatoire ! 

A l’image des maladies inflammatoires chroniques intestinales, l’origine des maladies auto-immunes est peu connue, mais la science avance et semble mettre en exergue quelques caractéristiques ! 

Il y aurait bel et bien une partie génétique, qui commence à être bien comprise, mais ce n’est pas tout ! 

Le microbiote intestinal serait encore une fois à l’origine de ces manifestations. 

Un microbiote déséquilibré va entraîner, comme pour les MICI, une inflammation qui ne va pas s’arrêter. Cette inflammation va atteindre des tissus sains et provoquer des douleurs, rougeurs et gonflement ! 

Si nous prenons par exemple le cas de la polyarthrite rhumatoïde, on commence à se rendre compte que l’alimentation peut considérablement réduire les symptômes et l’inflammation ! Mais comment ?

En fait, on suppose que l’alimentation est un des plus gros facteurs pour modifier le microbiote intestinal, et rétablir la perméabilité intestinale. Ainsi, en modifiant le microbiote, on aide efficacement le système immunitaire à lutter contre ces bactéries qui pourraient être à l’origine d’une exacerbation des symptômes.

Quelles sont les causes de l’inflammation chronique ?

inflammation et tabac

Plusieurs choses peuvent causer une inflammation chronique, notamment :

  • Causes non traitées d’inflammation aiguë, telles qu’une infection ou une blessure
  • Une maladie auto-immune, qui implique que votre système immunitaire attaque par erreur les tissus sains (comme nous l’avons décrit juste ci-dessus) 
  • Exposition à long terme à des irritants, tels que des produits chimiques industriels ou de l’air pollué

Gardez à l’esprit que ceux-ci ne causent pas d’inflammation chronique chez tout le monde. 

En outre, certains cas d’inflammation chronique n’ont pas de cause sous-jacente claire.

Les experts pensent également qu’un éventail de facteurs peuvent également contribuer à l’inflammation chronique, tels que :

Quel est l’impact de l’inflammation chronique sur le corps ?

effets de l'inflammation chronique sur le corps

Lorsque vous souffrez d’une inflammation chronique, la réponse inflammatoire de votre corps peut éventuellement commencer à endommager les cellules, tissus et organes sains. 

Avec le temps, cela peut entraîner des dommages à l’ADN, la mort des tissus et des cicatrices internes.

Tous ces dysfonctionnements sont liés au développement de plusieurs maladies, notamment :

  • cancer
  • pathologie cardiaque
  • polyarthrite rhumatoïde
  • diabète de type 2
  • obésité
  • asthme
  • maladies neurodégénératives, telles que l’Alzheimer

Quel traitement permet de soigner l’inflammation chronique ?

L’inflammation fait naturellement partie du processus de guérison. Mais lorsqu’elle devient chronique, il est important de la maîtriser pour réduire le risque de dommages à long terme. Voici quelques-uns des traitements qui ont été explorés pour gérer l’inflammation :

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Les AINS en vente libre, tels que l’aspirine, l’ibuprofène (Advil) et le naproxène (Aleve), réduisent efficacement l’inflammation et la douleur. Mais la prise à long terme est liée à un risque accru de plusieurs conditions, y compris l’ulcère gastroduodénal et l’insuffisance rénale.(2
  • Les corticostéroïdes sont un type d’hormone stéroïde. Leur rôle est de diminuer l’inflammation et réprimer le système immunitaire, ce qui est utile lorsqu’il commence à attaquer les tissus sains. Mais l’utilisation à long terme de traitements à base de corticostéroïdes peut entraîner des problèmes de vision, une hypertension artérielle ,etc.

Comment soigner une inflammation sans anti-inflammatoire ?

Que fait un régime anti-inflammatoire ? 

aliments pour lutter contre l'inflammation

Votre système immunitaire s’active lorsque votre organisme reconnaît tout ce qui est étranger comme : 

  • un microbe envahissant, 
  • du pollen végétal ou un 
  • produit chimique

Vous commencez à comprendre, lorsque le système immunitaire se déclenche, alors la phase d’inflammation s’immisce. 

Parfois, l’inflammation persiste, jour après jour, même lorsque vous n’êtes pas menacé par un envahisseur étranger (microbe). 

C’est à ce moment-là que l’inflammation peut devenir votre ennemi

L’un des outils les plus puissants pour lutter contre l’inflammation ne vient pas de la pharmacie, mais de l’épicerie. 

« De nombreuses études expérimentales ont montré que les composants des aliments ou des boissons peuvent avoir des effets anti-inflammatoires », explique le Dr. Frank Hu, professeur de nutrition et d’épidémiologie au département de nutrition de la Harvard School of Public Health.

Choisissez les bons produits anti-inflammatoires et vous serez peut-être en mesure de réduire votre risque de maladie

Choisissez constamment les mauvais, et vous pourriez accélérer le processus de la maladie inflammatoire.

Aliments qui causent l’inflammation

aliments pro inflammatoires

Essayez d’éviter ou de limiter ces aliments autant que possible :

  • glucides raffinés, tels que le pain blanc et les pâtisseries
  • Frites et autres produits frits
  • soda et autres boissons sucrées
  • viande rouge (burgers, steaks) et viande transformée (hot-dogs, saucisses)
  • margarine, huile végétales industrielles

Les risques pour la santé des produits inflammatoires

“Certains des aliments qui ont été associés à un risque accru de maladies chroniques telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiaques sont également associés à une inflammation excessive”, a déclaré le Dr. Hu dit. « Ce n’est pas surprenant, car l’inflammation est un mécanisme sous-jacent important pour le développement de ces maladies. »

Les produits malsains contribuent également à la prise de poids, qui est lui-même un facteur de risque d’inflammation. 

Aliments anti-inflammatoires

aliments anti inflammatoires

Un régime anti-inflammatoire devrait inclure les aliments suivants :

  • tomates
  • huile d’olive
  • légumes-feuilles verts, tels que les épinards, le chou frisé et les choux
  • noix comme les amandes et les noix
  • poissons gras comme le saumon, le maquereau, le thon et les sardines
  • fruits tels que les fraises, les bleuets, les cerises et les oranges

Avantages des aliments anti-inflammatoires

D’un autre côté, il y a les boissons et les produits qui réduisent l’inflammation, et avec elle, les maladies chroniques. En particulier les fruits et légumes tels que les baies, les pommes et les légumes-feuilles qui sont riches en antioxydants naturels et en polyphénols – composés protecteurs que l’on trouve dans les plantes.

Des études ont également associé les noix à des marqueurs réduits d’inflammation et à un risque plus faible de maladie cardiovasculaire et de diabète. 

Le café, qui contient des polyphénols et d’autres composés anti-inflammatoires, peut également protéger contre l’inflammation.

Partagez :

Facebook
Pinterest
Joris

Joris

Après une formation universitaire, je me redirige vers la naturopathie ! J'apprends auprès de chercheurs, médecins, docteurs en Naturopathie (Siebecker, Nirala Jabobi, Ilana Gurevich, Sandberg-Lewis...). Je spécialise donc ma pratique naturopathique en gastro-entérologie (crohn, rch, SIBO, SII) et auto-immunité.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.